Les 8 premières étapes pour devenir végétarienne

Nous pensons souvent que la pratique du yoga entraîne forcément le végétarisme. Chez Diva Yoga, nous pensons que le végétarisme reste un choix personnel. Cependant, un grand nombre d’entre vous, pratiquant le yoga depuis plusieurs années ou depuis peu de temps nous demande des conseils pour devenir végétarienne. Pour vous répondre, nous nous sommes tournées vers une spécialiste, Anne Erpelding, veggie coach, conférencière et fondatrice du site Comment Devenir Végétarien , qui nous livre dans cet article écrit par ses soins, les 8 premières étapes pour devenir végétarienne. 

food-908917_640

 

« On me demande souvent quelles sont les premières étapes pour devenir végétarienne. Voici donc quelques conseils :

1. Il faut avoir une « bonne » motivation

On peut être veggie pour de nombreuses raisons :

  • bien sûr pour le bien-être animal,
  • mais aussi par goût,
  • pour une meilleure santé,
  • pour une question de religion,
  • pour limiter la famine dans les pays du sud
  • et également pour des raisons écologiques.

Le végétarisme n’est pas une mode, c’est une forme de révolution personnelle qui entraîne des changements significatifs dans notre mode de vie.

  • On ne devient pas végétarienne pour faire plaisir à quelqu’un d’autre, que ce soit son chéri ou sa maman.
  • On ne devient pas non plus végétarienne pour maigrir.
  • Le végétarisme n’est pas un régime. Si l’on mangeait équilibré avant, il n’y a pas de raison pour perdre beaucoup de poids.

Quelle que soit votre raison, faites des recherches, lisez des livres, des articles pour devenir incollable sur le sujet et ancrer votre motivation au plus profond de votre cœur.

2. Il faut savoir équilibrer ses menus

Enlever la viande et le poisson est facile, mais il faut savoir où trouver désormais son fer et ses protéines.

Les légumineuses (lentilles, pois cassés, haricots grain) sont une très bonne alternative, mais vous trouverez également ces nutriments dans :

  • les oléagineux (noix, noisettes, amandes, …),
  • les graines (sésame, courge, tournesol, …),
  • les céréales complètes (blé, millet, fonio, maïs, riz, etc…).

food-1155133_640

3. Il faut garder le plaisir de manger

Manger est un plaisir de la vie et cela doit le rester. Voici donc quelques conseils :

  • Jouez avec les couleurs : du jaune, du rouge, du vert ! ça doit pétiller !
  • Jouez sur les contenants : des belles cocottes individuelles, des caquelons, des verrines, …
  • Mettez des épices, des aromates, des graines, des oléagineux, de la moutarde, des oignons, … Bref, mettez du goût et des odeurs alléchantes !
  • Ne mettez pas dans votre assiette que des légumes « d’accompagnement ». Jouez sur les cuissons et les textures ! Poêlés, en purée, farcis, en chips …
  • Mettez un élément central dans votre assiette : une pâtisserie salée, du tofu, une galette végétale, des boulettes, des samoussas, etc… souvent ça facilite psychologiquement le fait de ne pas avoir de viande dans son assiette.

 

4. Découvrir de nouveaux aliments

  • Devenez un aventurier du goût !
  • Découvrez de nouveaux légumes, de nouvelles céréales, de nouvelles légumineuses, …
  • Découvrez les graines, les algues, les simili-carnés, le tofu, le tempeh, …
  • Découvrez de nouvelles cuissons, apprenez à faire vos propres galettes végétales, vos propres tartinades…


5. Evitez les « veggies » pièges

  • Se faire (trop !) plaisir avec les laitages, le fromage, pour être sûre d’avoir son fameux quota de protéines. Si les laitages deviennent votre source principale de protéines, vous faites le plein d’acides gras saturés, donc de cholestérol et potentiellement de kilos. Mais surtout, vous ne varierez pas assez vos menus et vous allez manquer entre autre de fer… Oui, croyez en mon expérience !
  • Se faire (trop !) plaisir en mangeant plus de desserts sucrés «qu’avant». Ben oui, faut bien se faire plaisir quand même ! Bon, la dépendance au sucre va s’installer, les kilos aussi, voire des problèmes de diabète ! Pas bon du tout !
  • Ne pas manger de légumineuses. Les raisons peuvent être diverses : cela vous amène des problèmes de digestion, vous ne savez pas les cuisiner, vous ne les aimez pas. Bref, il existe plein d’astuces pour régler ces problèmes. Ne vous braquez pas sur les légumineuses, elles doivent devenir vos amies !
  • Se mettre au régime ! Je rappelle que nous ne nous mettons pas au régime «végétarien», nous mangeons végétarien ! Cela fait une grosse différence ! Si vous ne mangez que des légumes, vous manquerez cruellement d’énergie et de nutriments ! On appelle cela, le syndrome de la laitue.
  • Dernier piège classique, mangez (trop !) de la junk-food, des produits industriels, … On ne sait jamais trop ce qu’il y a au juste dans tous ces surgelés, conserves, etc.. En tout cas, toujours trop de sucres, de gras saturés, … voire des produits animaux cachés… C’est donc votre santé et votre porte-monnaie qui vont beaucoup souffrir ! Bien sûr, cela peut être pratique pour les coups de barre, ou le début de votre nouveau mode d’alimentation. N’en faites juste pas votre alimentation principale !


6. Savoir présenter son nouveau mode de vie

Le végétarisme c’est un peu comme la politique ou la religion. Ce sont des sujets qui ne laissent pas indifférents et peuvent susciter de gros débats. Répondez sereinement aux questions, mais n’essayez pas de convertir tout le monde. C’est votre choix, si vous voulez qu’on le respecte, respectez le choix des autres. Il est donc important de s’armer de patience, de compréhension, de souplesse et d’humour !

Le mieux pour faire face à des personnes récalcitrantes est d’être factuel : Plutôt que de dire « Je suis végétarien », dites : « Je ne mange pas de viande et de poisson ». Le verbe « être » est un verbe d’état, d’identification, ce qui amène dans le cas présent un rejet de l’autre (puisqu’il n’est pas végétarien).

7. S’entourer de veggie

Il est important de ne pas se sentir seul, d’être entourée en cas de doutes ou de questions. Si vous ne connaissez pas personnellement de veggies, ce n’est pas grave, à l’heure d’internet : c’est très facile.

  • Vous pouvez trouver des groupes facebook sur le sujet, des blogs culinaires, des magazines (slowly veggie, alternatives végétariennes, Be veggie, etc…), …
  • Les associations végétariennes peuvent également être un très bon appui dans votre démarche, …
  • N’hésitez pas à guetter des sorties veggies : restaurants, pique-niques, conférences, cours de cuisine, …
  • Les magasins bio sont souvent également très dynamiques sur le sujet, pensez-y !

top-view-1248953_640

8. Etre en accord avec soi-même

Comme on l’a vu, devenir végétarien est un choix, c’est un accord entre vous et vous. Il n’y a pas de police pour contrôler ce que vous mangez. Alors si vous décidez de vous laisser tenter par le bon poulet de mamie. Et bien faites-le et prenez y du plaisir. Soyez bienveillant envers vous. La tentation peut être énorme dans les premiers temps. La période d’adaptation doit se faire dans la douceur. Félicitez-vous des premiers pas que vous avez faits. Chaque pas est énorme pour l’environnement, pour votre santé, pour le bien-être des animaux…

Bravo à vous ! »

Maryse avait essayé de nombreuses pratiques alimentaires avant de se tourner vers le végétarisme. Anne l’a interviewée sur son parcours. Vous pourrez découvrir le lien vers leur vidéo ici sous peu.

Namasté.

3 Commentaires

  • Anne E

    Répondre Réponse 8 septembre 2016

    C’était un vrai plaisir de faire cet article pour Diva Yoga. Namasté.

    • Diva Yoga

      Répondre Réponse 14 septembre 2016

      Un grand Merci Anne ! Namasté.

  • MARTIN

    Répondre Réponse 30 septembre 2017

    Très intéressant. Merci beaucoup Maryse et Anne

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires