Pistes de réflexion sur les Yamas – Satya

 

Les Yamas sont la première étape du yoga et ce mot signifie « restrictions ». Il décrit les cinq comportements à éviter dans nos relations avec les autres et le monde extérieur si l’on veut être heureux. Ce sont :

  1. Ahimsa – Non-violence, compassion

  2. Satya – Respect de la vérité

  3. Asteya – Non-convoitise

  4. Brahmacharya – Modération

  5. Aparigraha – Lâcher prise

Chacun des Yamas est abordé en termes pragmatiques pour nous amener à réfléchir à ces principes dans le contexte de notre vie de tous les jours.

Cette semaine, je vous présente Satya, le respect de la vérité.

Satya – Le respect de la vérité

Quand nous sommes fermement établis dans le respect de la vérité,
nos actions sont naturellement couronnées de succès (Aphorisme II-36)
  • Discussion familialePatanjali nous dit ici que nous serons les grands gagnants en nous engageant à utiliser des paroles justes, à ne pas mentir et à nous abstenir de bavardages futiles.
  • Notre pensée crée notre réalité et nos paroles en décuplent le pouvoir en les projetant dans l’Univers. Il serait donc avantageux pour nous de choisir judicieusement les paroles que nous émettons (et encore plus profitable de gérer les pensées qui en sont la source).
  • Nous savons tous comment un mensonge (ou un « non-dit ») peut nous écraser, supprimer notre vitalité et ruiner notre qualité de vie jusqu’à ce que nous osions avouer la vérité et faire amende honorable. Et pourtant, toute vérité n’est pas bonne à dire…
  • Et qu’en est-il des bavardages? En plus d’être une forme de violence envers les autres, nos médisances ne polluent-elles pas notre relation avec les gens (autant les gens visés que les témoins)? Nous parlerions beaucoup moins et nos paroles feraient très peu de mal si nous faisions le test des trois passoires avant de parler :
      • Est-ce que je sais pertinemment que c’est vrai?
      • Est-ce que cela fera du bien à l’autre d’entendre ce que je veux dire?
      • Est-ce que ce sera utile à l’autre de savoir ce que je veux lui dire?

  • Swami Kripalu résumait tout cela en se demandant avant de parler : « Serait-ce une amélioration sur le silence? ». Il observa d’ailleurs un silence complet pendant plusieurs années.

par Pierre Bélisle, E-RYT

 

Leave A Response

* Denotes Required Field